Sinapsin III: une nouvelle cible pour les thérapies anti-Parkinson

L'inhibition du gène bloque la formation des corps de Lewy chez la souris





Des chercheurs italiens de l'université de Brescia avaient déjà découvert que dans les corps de Lewy typiques qui apparaissent dans les cellules nerveuses malades de Parkinson, il n'y avait pas que des accumulations pathologiques de la protéine alpha-synucléine, mais également une autre protéine appelée synapsine III. (Syn III). Cette protéine a été appelée ainsi car elle fait normalement partie des synapses, des structures particulières entre les cellules nerveuses où sont libérés des neurotransmetteurs, dont la dopamine, celle qui manque dans la maladie de Parkinson.
Ils ont formulé l'hypothèse que la synapsine III pourrait être impliquée dans la formation des corps de Lewy.
Pour tester cette hypothèse, ils ont réalisé une étude sur des souris dont la protéine synapsine III a été désactivée ("KO"), puis ont injecté des vecteurs viraux avec AAV-hasyn, une technique de génie génétique qui induit une surproduction de protéine alpha-synucléine, entraînant une accumulation de protéines et une neurodégénérescence chez des souris normales.
Contrairement aux souris normales, les souris avec le gène KO mis en synapsine III n'ont pas développé d'agrégats d'alpha-synucléine; les niveaux de formes pathologiques d’alpha-synucléine étaient également inférieurs. De plus, les cellules nerveuses de la substance noire et du striatum étaient protégées à la fois par les dommages aux synapses et par la dégénérescence réelle induite par l'injection d'AAV-hasyn.
Ces résultats indiquent que la synapsine III représente un médiateur pour l'agrégation de l'alpha-synucléine et la neurodégénérescence ultérieure. Par conséquent, il est mis en place comme une nouvelle cible pour les thérapies innovantes contre la maladie de Parkinson.

Aucun commentaire:

Fourni par Blogger.